La semaine SEO et marketing digital : du 2 au 8 Avril 2016

La semaine SEO et marketing digital : du 2 au 8 Avril 2016

Google teste l’affichage d’un avis client dans les résultats locaux

 

C’est un peu par hasard que le test de Google a été trouvé par Pete Meyers de Moz et qu’il en a fait une impression d’écran sur son compte Twitter. On y voit des résultats locaux pour une requête de magasin de musiques sur lesquels apparaissent une 4ème ligne d’information avec un avis client.

Jusqu’à maintenant et si vous testez vous-même, les informations visibles sont :

  • Le nom du magasin en titre
  • La note moyenne des clients suivie d’une information sur le type de boutique
  • Du texte libre sur une ligne
  • L’adresse de la boutique

Rien ne dit si Google a l’intention de généraliser cet affichage, aucune communication n’ayant été faite à ce sujet.

Un exemple de la nouvelle ligne d’avis clients, impression d’écran par Peter Meyers (Moz)

Nouvelle interface pour laisser un avis client pour une boutique locale.

Google+ n’est plus nécessaire pour laisser des avis clients sur les boutiques locales

Encore un indice supplémentaire qui annonce la fin imminente de Google+ ? Quoi qu’il en soit, une nouvelle interface a été mise en place et qui permet de laisser un commentaire à partir d’un compte Google seulement (donc une adresse Gmail) et non plus à partir de son compte Google+.

Pour rappel ces avis et notes laissés pour les boutiques locales apparaissent quand on recherche les informations sur le magasin, et un test en cours affiche l’un des avis de manière aléatoire directement dans les résultats de recherche (voir information au dessus)

 

Étude SimilarWeb : les résultats de recherche payants amènent 10x plus de trafic vers les sites e-commerce que le display ou les réseaux sociaux

 

D’après leur étude, la recherche reste la source de trafic dominante quand il s’agit de visites via ordinateur de bureau. Les données analysées sur des millions de visites de sites s’intéressent à différentes métriques concernant les résultats de recherche payants, et montrer avant tout la différence d’intérêt entre le display et la publicité de recherche en fonction du secteur. De manière générale cette dernière est plus efficace que le display en termes de trafic, sauf pour la catégorie “marchandise générale”.

trafic-paid-ad-display-ad-1

Source : SimilarWeb, Global Search Marketing Report 2016

Mais le plus intéressant et que ce rapport tord le cou à de nombreuses croyances sur le trafic résultant des réseaux sociaux ou même de l’emailing, comme le graphique ci-dessous le montre très bien :

trafic-sources-categories

Source : SimilarWeb, Global Search Marketing Report 2016

Les résultats sont éloquants, le trafic en provenance des emails marketing ou de la publicité Display sont au ras des pâquerettes en comparaison du netlinking, de l’accès direct ou de la publicité de recherche. Même le trafic des réseaux sociaux n’est pas épargné par cette étude et semble complètement dépassé par les trois sources principales de trafic.

Malheureusement le rapport ne parle pas de conversion mais uniquement de trafic, il est possible que les données puissent donc être discutées sous cet angle.

Rapport complet (inscription demandée) : https://www.similarweb.com/corp/solution/ecommerce-industry/seo-ppc-marketing-report-2016/

les applications Google My Business pour iOS et Android sont mises à jour et permettent maintenant aux boutiques de modifier temporairement leurs horaires d’ouverture (pour cause de vacances ou horaires spéciaux)

 

Les mises à jour sont dores et déjà disponibles aussi bien pour les terminaux Apple que sous Android.

La fonctionnalité principale concernée par cette mise à jour est la possibilité de modifier les horaires d’ouverture de sa boutique pour une durée temporaire. Cela peut être très pratique en cas de vacances ou d’horaires d’ouvertures étendus pendant les soldes, afin que vos clients n’aient pas besoin de vous appeler pour savoir si vous êtes ouvert.

Souryan Augé

Souryan Augé

consultant digital marketing

Entrepreneur et passionné de digital, j’exerce mon expertise web-marketing auprès des professionnels et des personnes ayant des projets digital marketing pour leurs sites internets.

Je vous répondrai :-)

Quel est le véritable impact sur l’acquisition organique du nouvel agencement des publicités Google ?

Quel est le véritable impact sur l’acquisition organique du nouvel agencement des publicités Google ?

Discutons un peu de l’arrivée récente d’un quatrième résultat SEA dans les résultats de recherche, au détriment de la disparition du bandeau historique de droite. Mais au lieu d’analyser l’impact sur la publicité, concentrons nous sur ce que cela implique sur les acquisitions organiques.

 

L’impact du 4ème emplacement publicité Google Adwords

 

Sans trop revenir dessus car l’info date maintenant un peu (c’était mi-février), Google avait modifié l’apparence de ses résultats de recherche en supprimant tout simplement le bandeau de droite et en rajoutant jusqu’à un 4ème résultat publicitaire avant les résultats naturels. Les professionnels ont beaucoup discuté tout cela, et une étude JDN commentée par Abondance montrait que la première place avait diminué en efficacité au profit des 3èmes et 4èmes emplacements. Quand aux coûts par clics (CPC), il était encore trop tôt pour en conclure quoi que ce soit mais l’augmentation de la concurrence risquait plutôt de les tirer vers le haut.

Les changements des SERPs

Au cours de ces dernières années l’affichage des SERPs (Search Engine Results Pages ou encore Résultats des Pages de Recherche) Google a beaucoup évolué, avec entre autre l’arrivée des résultats locaux, des mises en avant d’images ou de vidéos, ou plus récemment des articles AMP pour les résultats mobiles. Chacun de ces changements affecte d’une manière ou d’une autre notre travail en nous demandant de nous réadapter.

Dernièrement Google a retiré le bandeau de droite (rappelez-vous comme ils étaient sur mon article des résultats en première page Google) et a rajouté un résultat payant. Nous avons donc pour la plupart des requêtes compétitives 4 résultats payants suivis des 10 résultats naturels. D’autres annonces peuvent enfin compléter la page, ainsi que les fameuses features (nouvelles, images, vidéos, etc).

Donc les résultats naturels ont perdu au minimum une position, et l’on connait la diminution drastique de taux de clic au fur et à mesure des positions. Donc est-ce que l’ajout de ce quatrième emplacement a un impact pour le référencement naturel ? La réponse la plus rapide est oui, complètement.

Mais la réalité est certainement un peu plus fine et complexe, comme l’analyse Winston Burton dans cet article de SearchEngineLand (article en anglais)

 

Pourquoi Google fait-il ce changement d’affichage des SERPs ?

Comme à chaque fois que cette question lui est posée par l’intermédiaire de l’un de ses représentant, Google réponds que tout ce qu’il fait se destine à présenter aux utilisateurs les résultats de recherche les plus adaptés à ce qu’ils veulent vraiment.

C’est l’intérêt de Google d’amener chaque personne sur la page qu’il avait vraiment envie de voir et non pas d’arriver sur une page sur laquelle il n’y trouvera rien qui le concerne. Quand un utilisateur tape “machine à laver marque X”,  Google va devoir deviner si cette personne cherche à en acheter une, souhaite trouver un manuel d’utilisation ou des conseils pour laver son linge avec cette machine. C’est donc une mauvaise expérience utilisateur quand celui-ci arrive sur une page non pertinente à ses yeux : le taux de rebond sera très haut et pire, peut-être que la prochaine fois cet internaute ira utiliser Bing, Yahoo ou d’autres moteurs de recherches.

Donc si Google comprends que l’intention de l’internaute est d’acheter une machine à laver de marque X, cela restera pour l’internaute une bonne expérience que d’arriver sur des pages produits de cette machine, que le lien par lequel il y soit parvenu ait été payant ou non. Donc rajouter un quatrième résultat payant et pertinent est pour Google un moyen de renvoyer toujours plus ses utilisateurs vers une page qu’il souhaitait trouver.

 

Comment tout cela impacte les résultats de recherche organique ?

Tout d’abord l’impact pour les clics sur les résultats naturels via mobiles risque de descendre en flèche, tout simplement parce qu’ils n’apparaissent tout simplement même plus sans avoir besoin de scroll vers le bas de la page. Entre les résultats Google Shopping et les liens sponsorisés, les résultats naturels sont tout simplement loin derrière quand il s’agit d’une requête commerciale.

Résultat de recherche mobile

 

Pour les résultats sur pages d’écrans standards, mon avis est que Google va être de plus en plus pertinent dans ses résultats payants pour les requêtes commerciales et que les consommateurs n’auront même plus besoin ou envie d’aller chercher les résultats naturels. Par contre à l’inverse et vu que les requêtes de recherche sont de plus en plus précises, les résultats naturels seront largement privilégiés dès qu’il s’agira d’avoir des avis sur un produit, des vidéos de présentation, des comparatifs, des manuels ou toute autre information qui ne concerne pas l’acte d’achat mais bien l’utilisation et le contexte du produit.

Les experts SEO, SEA et webmarketing doivent donc prendre en compte ces changements dans leur stratégie de contenu pour tout ce qui tourne autour des informations contextualisées sur les produits, dans la manière de gérer leurs campagnes SEA et enfin revoir l’ensemble du tunnel d’acquisition pour mieux anticiper les différents comportements des consommateurs :

  • Des pages de contenus informatives pour le SEO, avec travail de la longue traine et des requêtes larges tapées par les internautes
  • Des landingpages produits optimisées pour la conversion de vente et gérées via annonces SEA

De cette manière les consommateurs doivent toujours trouver sur votre site des pages pertinentes pour leurs recherches, et cela quelles que soient leurs motivations et les moments de la journée, ce qui est décrit par Google comme des micro-moments : “Je veux savoir, je veux y aller, je veux le faire, je veux l’acheter”.

 

Pour conclure

Les SERPs ne finiront jamais de changer de forme au fur et à mesure des nouvelles technologies et usages, mais il y a une donnée qui reste invariable : toujours faire en sorte que l’utilisateur trouve la donnée qu’il était venu chercher. À l’heure actuelle cela devient difficile de l’envisager sans publicité SEA mais le SEO a aussi plus que jamais une utilité dans le tunnel d’achat.

Souryan Augé

Souryan Augé

consultant digital marketing

Entrepreneur et passionné de digital, j’exerce mon expertise web-marketing auprès des professionnels et des personnes ayant des projets digital marketing pour leurs sites internets.

Je vous répondrai :-)

En première page de Google #1 : pourquoi pas vous ?

En première page de Google #1 : pourquoi pas vous ?

Analyse SEO : pourquoi ce site n’est pas en première page de Google ?

 

Quand on réalise un audit SEO du site internet d’un client, il est difficile de passer à côté de l’analyse de la concurrence : quels sont les mots clés sur lesquels elle a travaillé, quels sites renvoient vers elle, comment elle gère sa communication sur les réseaux sociaux (oui je le sais, les “like” en eux-même ne servent à rien pour le référencement : merci Olivier Andrieu de nous le répéter ^^), quel type de contenu elle insère sur ses pages et à quelle fréquence, etc…

 

Je vais donc démarrer ici une série d’articles sur ce principe simple :

  1. Une requête pour Google et proposée par l’un de vous en commentaire ou sur mon compte Twitter @AugeSouryan (lâchez-vous !)
  2. Sélection du premier résultat de la seconde page, requête lancée via un navigateur en mode “navigation privée” pour ne pas être influencé par mes propres recherches antérieures
  3. Un audit rapide du site (ou de la page) en question pour tenter de comprendre ce qui la différencie (en bien comme en mal) des résultats arrivant en première page de Google.

Pour une question de respect pour les sites que je citerai et pour ne pas les pénaliser, les liens vers eux seront en NoFollow et je les préviendrai pour qu’ils puissent retirer mon domaine de leurs Analytics.

Je pense refaire ça plusieurs fois selon les mots-clés que vous m’aurez proposé, donc j’attends avec impatience vos commentaires pour améliorer le concept :-)

La requête auditée aujourd’hui : “création site internet”

Merci donc à @psegatori pour la proposition sur laquelle il y a en effet de la compétition. On peut remarquer d’après l’outil de planification des mots clés de Google que la recherche elle-même génère en moyenne 5400 demandes mensuelles sur la France et qu’on dépasse allègrement les 15k recherches sur cette requête quand on tient compte de ses variantes très proches.

Le mot-clé est lui évalué par Google à environ 7.24€/clic pour potentiellement une grosse centaine de clics par jour. Le coût de la conversion au clic est vraiment élevé sur ce type de requête et je vous conseille donc d’investir globalement sur une stratégie de référencement naturel.

Voyons donc maintenant dans un premier temps quelle sont les résultats de la première page Google sur la requête voulue.

Les résultats de l’outil de planification des mots-clés à la requête “création site internet”.

Les résultats de la première page sur Google

La première page Google avec la requête “Création site internet”

Nous sommes donc dans la première page de résultat proposée par Google. Nous pouvons dores et déjà voir que les trois premières propositions sont des annonces et que le premier résultat naturel est le quatrième de la liste.

Il est intéressant de remarquer qu’ensuite viennent les résultats “Locaux”, alors que mon navigateur était en mode de navigation privée. Quoi qu’il en soit cela montre à quel point il est devenu important de faire figurer son commerce ou son service dans ce type de résultats, qui sont finalement mis en seconde position des résultats naturels par Google ! Nous reviendrons dessus dans un autre article.

Pour finir viennent 9 autres résultats naturels qui complètent la première page des résultats.

L’image est peut-être un peu petite mais faites-moi confiance : s’il y a bien des termes qui reviennent aussi bien dans le titre de la page que dans la méta description ce sont “création site internet”, “création site”, “créer site internet”, “création site web”, etc. Absolument rien d’étonnant là-dedans mais cela montre l’importance pour Google de faire corréler le titre de sa page, la description et évidemment le contenu de la page.

 

Voyons donc maintenant quel site arrive au top … de la seconde page Google.

Le site arrivant en première position de la deuxième page Google est …

On y est donc, le top 1 de la seconde page Google est http://www.creation-site-web-paris.com/. Mais pourquoi est-il en seconde page et non en première page ? Comment analyse t’on sa position en seconde page plutôt qu’en première page ? Regardons quelques points en détail, en se référant à l’étude MOZ sur les facteurs impactant le ranking en 2015.

 

Le Netlinking

Afin d’être positionné en première page de Google, un site sera d’autant mieux valorisé auprès des moteurs de recherche que d’autres sites de qualité le référencent.

Quand je regarde ce qu’il en est pour le site sur lequel nous portons notre regard aujourd’hui, on trouve son site sur plusieurs annuaires professionnels sur lesquels il a renseigné une fiche pour présenter son activité. En dépit des annonces de Google et de ses mises à jours sur le sujet, les annuaires restent aujourd’hui encore très utiles s’ils sont sérieux et que le contenu des fiches est surveillé. À l’inverse, un annuaire sur lequel Google trouverait trop de contenu dupliqué se verrait certainement rétrogradé dans les abysses du web, son autorité et par ricochet celle des sites sur lesquels il renvoie avec. Il est donc très important de faire attention à sa stratégie de netlinking.

Dans le cas du site qui nous intéresse le résultat est assez mitigé : les annuaires en question font un peu vieillots et n’ont pas tous un “Domain Authority” exceptionnel. Peut-être serait-il préférable de faire retirer les fiches de certains d’entre eux, de les retravailler ou d’utiliser une liste d’annuaire qualitatifs mise à jour récemment.

Autre chose que j’ai remarqué, c’est qu’on trouve systématiquement une url vers son site sur toutes ses créations dans le cadre de son activité. C’est une pratique très répandue que de demander à son client la permission de rajouter – généralement dans le footer – un lien vers notre site professionnel si l’on a participé à la création de la page. Sans condamner la pratique, je pense qu’il va falloir être de plus en plus prudent sur l’image que cela peut donner à Google si ces liens sont en “follow” et que le contenu du site n’a absolument rien à voir avec la destination de l’url.

Dans le cas de http://www.creation-site-web-paris.com/ et comme pour l’immense majorité des agences digitales, ses clients sont très divers et n’ont rien à voir avec son domaine. Pêle-mêle on retrouve un site de mode, un site de news trash ou pire encore des sites répertoriés par Google mais dont les url sont cassées. Rien de bien méchant pris individuellement, mais qui peut à force donner quelques mauvais points au site.

 

Le contenu et la structure du site

Je vous laisse juger par vous-même mais globalement la première impression est très bonne. Je pourrais personnellement et sans problème faire confiance à ce développeur web. La page charge vite malgré la forte proportion d’images, c’est propre, on se retrouve assez bien dans ce qu’on cherche.

Par contre pour les moteurs de recherche en est-il de même ? Pas si sûr …

D’un point de vue SEO la base est respectée : le titre fait appel à un mot clé, la description aussi tout en étant descriptive et le développeur a bien renseigné ce qu’il fallait pour aider Google (encodage, langue, etc).

Par contre le contenu “texte” est assez pauvre et mériterait d’être étayé, à minima triplé. Et même si pour un site vitrine il est parfois dur de mettre du contenu à rallonge, il n’en reste pas moins que les mots clés ne semblent pas clairs pour Google. Je recommanderai donc au webmaster de ce site d’utiliser la balise <strong> au moins un minimum et sur les mots clés principaux, ainsi qu’une structure h1/h2 (un seul titre h1 par page bien sûr). Rien de tous ça n’apparaît sur son site et c’est bien dommage !

Pour continuer dans la structure du site, un bon point pour lui pour la présence d’urls personnalisées. En 2015 rien de pire qu’un site web dont les pages ressemblent à ça : http://www.pire-site-2015/skdjnfmdfsg20048sds6?srm :-)

Sur son site au contraire toutes les urls ont un nom directement lié au contenu de la page. C’est mieux pour l’internaute donc c’est mieux pour Google !

 

Engagement, trafic, données de requêtes … ce que les “Analytics” renseignent quoi

N’ayant pas accès aux Analytics de son site il m’est difficile d’en tirer les enseignements qu’ils apporteraient sur la qualité de son audience : taux de clic, taux de rebond, temps passé sur les pages, d’où viennent les visiteurs et par où ils sortent du site, etc. Il semble pour autant que son site ne s’en sorte pas si mal aux vues de son positionnement.

 

Le nom de domaine

Sur ce point rien à redire, le choix du nom de domaine a été plus que pertinent. Non seulement il contient avec exactitude les mots-clés d’une requête très compétitive mais lui rajoute une composante géolocalisée qui match bien.

On peut regretter que Google accorde autant d’importance au nom de domaine mais d’un autre côté comment ne le pourrait-il pas ? Si un site internet s’appelle “creation-site-internet-paris.com” et que l’internaute entre cette recherche dans son moteur il aurait tord de ne pas proposer le résultat.

Que tous les sites n’ayant pas la chance d’avoir un mot clé compétitif comme nom de domaine se rassurent, ce n’est pas non plus un facteur indispensable : tant que les internautes trouvent sur votre site les informations qu’ils sont venus trouver, Google aura confiance et continuera à vous proposer comme résultat sur la requête.

 

Réseaux sociaux

Dans la communauté SEO je fais partie de ceux qui sont convaincus que les réseaux sociaux d’eux-même n’ont aucun effet direct sur le ranking d’un site ou d’une page internet. Le débat reste actif et il y a beaucoup de flou sur la question mais ma veille me laisse à penser que l’effet des réseaux sociaux est plutôt indirect : si un internaute aime un contenu il va le partager activement (“share”) ou passivement (“like”) avec ses contacts. Du coup par effet boule de neige et vu que le trafic aura augmenté vers une page celle-ci gagnera en autorité vis-à-vis de Google et sera plus susceptible d’apparaître en première page.

Sur son site, le webmaster a intégré des liens vers ses pages sociales ce qui est une bonne chose. Il a même fait beaucoup mieux en intégrant une barre de partage sociale qui s’affiche quand on ouvre un article sur son blog. Mais voilà, gros problème (outre le fait que le plus récent article date de Mai 2013), son outil de partage ne fonctionne pas !

*EDIT le 26/10/2015 : les fonctions de partage par réseaux sociaux sont maintenant parfaitement fonctionnelles.*

 

Au final on ne dénombre que quelques “like” sur ses comptes sociaux, point sur lequel il pourrait travailler un peu plus.

Voici la seconde page de résultats Google sur la recherche “création site internet”

Conclusion

Arriver à positionner son site internet en première page de Google n’est jamais le fruit du hasard et est la somme d’une multitude de petites choses que l’on peut faire lors de la construction du site puis jours après jours pour chaque nouvelle page produit, chaque nouveau contenu, chaque publicité ou chaque partage social.

Ici le site que je vous ai montré est très bien positionné : de centaines de sites (dont le mien !) aimeraient arriver là où il en est. Malgré tout, être en seconde page est finalement assez terrible car à partir de là chaque position gagnée vous fera en moyenne doubler votre taux de clic sur les résultats organiques ! N’oubliez pas, tout se joue en première page, voire même dans les quatre premiers résultats … faites donc appel à un expert SEO pour vous aider à y arriver :-)

 

Pour finir n’hésitez pas à commenter cet article en me suggérant des axes d’amélioration pour les prochains (si je réitère), des critiques si j’ai fais des erreurs, et sinon surtout merci de le partager à toutes les personnes qui pourraient être intéressées !

Souryan Augé

Souryan Augé

consultant digital marketing

Entrepreneur et passionné de digital, j’exerce mon expertise web-marketing auprès des professionnels et des personnes ayant des projets digital marketing pour leurs sites internets.

Je vous répondrai :-)

Google Analytics : les 3 éléments à regarder en priorité sur votre site internet

Google Analytics : les 3 éléments à regarder en priorité sur votre site internet

Votre site et comment l’analyser

Il n’est pas question ici de lister tous les outils d’analytics – gratuits ou payants – existants sur le marché. Je vais donc faire dans la simplicité et partir du principe que vous avez créé un compte Google dédié à votre activité et que vous pouvez donc profiter de son outil très puissant Google Analytics. Si ce n’est pas encore fait, je vous invite à y remédier au plus vite que ce soit pour un site personnel, de e-commerce ou le site vitrine pour votre activité.

Donc vous avez votre site internet, vous avez un outil d’analytics et les deux ont été liés par vous ou votre webmaster. Très bien. Mais maintenant que regarder quand je n’y connais rien et que je n’ai pas à ma disposition les services d’un consultant web-marketing qui pourra me guider ? Comment faire le tri dans toutes les informations que l’on peut trouver dans tous les rapports et graphiques que l’outil me donne ?

Voyons donc ensemble les 3 éléments à regarder en priorité pour mieux comprendre si votre site internet – ou votre page – est sain ou s’il doit être amélioré. Autant être honnête, ne regarder que cela est largement insuffisant mais aura au moins le mérite de vous donner des indicateurs assez fiables et surtout très simples à trouver.

 

Le taux de rebond

Qu’il ait trouvé votre page via un moteur de recherche, un lien payant ou un lien disposé sur un autre site, votre visiteur a peu de chances d’être arrivé là par hasard. À priori il a cliqué car l’intitulé du lien ou de la description lui semblait cohérent avec ce qu’il voulait trouver.

Le parcours attendu serait donc qu’il fasse quelque chose sur votre page après ça : par exemple un achat, le téléchargement d’un document, l’inscription à une newsletter ou même aller visiter les autres pages de votre site internet. Après tout c’est certainement pour une raison de ce type que vous avez créé et mis en ligne votre page. Or quand rien de tout cela arrive, il quitte votre page et s’en retourne là où il était avant : cela s’appelle un “rebond”.

Le taux de rebond est donc la proportion de personnes ayant quitté votre page sans rien n’y faire de particulier. Il est extrêmement important de faire attention à cet indicateur car il vous informe sur la pertinence de votre contenu et de son intérêt pour les internautes : un taux de rebond trop fort (au-delà de 60% cela commence à être un peu trop haut) donne l’impression à Google que votre page ne correspond pas à ce que les personnes qui y arrivent cherchaient en réalité. Du coup votre page sera doucement déclassée et tombera dans l’oubli.

Que faire alors ?

Ne “truquez” surtout pas vos liens entrants en les rendant trop attractifs par rapports à ce que vous faites réellement : vous aurez du trafic mais il repartirait aussitôt ce qui est contre-productif. Vous pouvez par contre travailler le design de votre page pour que les call-to-action soient mieux visible, améliorer le contenu, rajouter des images. Dans tous les cas il est préférable d’avoir des milliers de visiteurs qui restent sur votre site plutôt que des millions qui en repartent aussitôt.

 

Dans cet exemple, le taux de rebond peut être considéré comme mauvais car une très large proportion des internautes repartent du site sans rien y faire.

Ici, l’acquisition des visiteurs comparée à leur retour sur le site est très correcte.

Le pourcentage de nouveaux visiteurs

Attirer de nouveaux visiteurs sur une page reste un Graal pour tout webmaster, mais si l’indicateur dépasse continuellement les 80-90% cela peut être le signe qu’il y a un souci. En effet cela veut dire que vous attirez les nouveaux utilisateurs mais qu’ils ne reviennent jamais ou presque jamais sur votre site, ce qui n’est pas une situation idéale.

Il est environ 8 fois plus onéreux d’acquérir un nouveau client que de faire renouveler un achat à un client déjà existant. À partir de là vous comprendrez qu’adopter une stratégie afin que vos clients aient envie de revenir sur votre site est très important sur le long terme. Avoir un budget marketing pour l’acquisition de clients oui, mais surtout que cela ne représente pas 100% de votre budget marketing digital !

 

Le temps passé sur la page

Dernier des indicateurs “facile à comprendre”, le temps passé par vos visiteurs sur vos pages peut vous aider à comprendre ce qu’ils y font : est-ce qu’ils regardent les vidéos jusqu’au bout ? Est-ce qu’ils lisent votre contenu en diagonale ou au contraire en détail ? Demandez-vous et testez vous-même la situation sur votre page, ou même lorsque vous naviguez sur d’autres sites internet : combien de temps restez-vous sur chaque page ? Vous seriez surpris de constater que bien souvent on survole les actualités et qu’on ne s’y arrête que lorsque l’on souhaite vraiment y apprendre quelque chose. D’ailleurs, combien d’entre-vous êtes arrivés jusqu’ici ? :-)

Bref, bien analyser ce chiffre doit vous permettre d’adapter votre stratégie de contenu à ce que vos visiteurs recherchent quand ils viennent sur votre site pour ne pas en faire trop… ou pas assez.

Cette page doit avoir très peu de contenu, ou alors doit être très mauvaise pour les visiteurs qui n’y passent que 30s !

Pour conclure

Il est assez facile de mesurer “l’état” de votre site internet à la lecture de ces 3 indicateurs, mais il est évident que c’est très loin d’être suffisant et n’a comme but que de vous donner des pistes de réflexion sur la direction que doit prendre votre stratégie digitale. Si des petits sites peuvent s’en contenter au tout début, il deviendra vite nécessaire de faire appel à des personnes compétentes en marketing digital pour vous aider à faire de votre site un lieu incontournable si telle est l’ambition que vous lui donnez !

Souryan Augé

Souryan Augé

consultant digital marketing

Entrepreneur et passionné de digital, j’exerce mon expertise web-marketing auprès des professionnels et des personnes ayant des projets digital marketing pour leurs sites internets.

Je vous répondrai :-)

Pin It on Pinterest